Les plantes Blog Pour les
sociétés
Techniques Site, contact

Plantes vertes

menu plantes vertes
Fiches de culture Forum

Plantes fleuries

menu plantes fleuries
Fiches de culture Forum

Orchidées

menu orchidées
Fiches de culture Forum

Palmiers

menu palmiers
Fiches de culture Forum

Fougères

menu fougères
Fiches de culture Forum

Cactus

menu cactus et plantes succulentes

Forum


Gérer le manque de lumière

Un manque de lumière n'est pas une fatalité...

Le jardinier

Gérer et compenser le manque de lumière

Si l'on veut que les plantes se développent bien en intérieur, il faut essayer de leur procurer l'éclairement auquel elles sont habituées dans leur habitat naturel.
La quantité de lumière pénétrant à travers une fenêtre diminue très rapidement avec la distance. Comme on peut le vérifier avec un photomètre, l'œil est un très mauvais juge en la matière. Cet appareil prouve que l'on a une nette tendance à surévaluer systématiquement l'intensité de la lumière qui se répand de chaque côté d'une fenêtre.
Une échelle attribue une intensité lumineuse maximale de 100 % en plein, soleil pour l'hémisphère nord. Une lumière faible se situera sur cette échelle entre 3 et 5 %. Il s'agit d'emplacements qui ne font pas face à une fenêtre, qui sont à plus de 2,45 m d'une source de lumière ou qui sont près de fenêtres assombries par des édifices ou des obstacles.

L'éclairement d'une pièce varie suivant le nombre et la dimension des fenêtres, les saisons et l'environnement. A la ville, la lumière rencontre quasiment toujours des obstacles, même dans un immeuble moderne aux larges baies vitrées. Un arbre planté devant une fenêtre peut diminuer de façon très importante l'intensité de la lumière qui pénètre dans la pièce d'habitation.

Les moyens pour augmenter la luminosité d'un emplacement défavorisé.

Les pièces aux murs blancs ou de teintes pâles seront beaucoup plus lumineuses que celles aux murs sombres dont les couleurs foncées absorberont la lumière au lieu de la réfléchir. Des plantes installées devant un mur blanc pourront bénéficier d'une meilleure harmonisation de la lumière dont elles ont besoin.
Dans le même ordre d'idées, la pose d'un miroir derrière un groupe de plantes vertes permettra à la lumière de se réfléchir.

L'éclairage artificiel reste le seul recours qui permette de pallier à l'insuffisance de la lumière solaire, voire même de la remplacer totalement. Il préserve la santé des plantes et leur beauté durant l'hiver et permet d'obtenir des effets décoratifs.

- Les lampes à incandescence servent à créer des éclairages d'appoint ou des effets esthétiques. Ces lampes ne remplacent pas la lumière solaire. Tout juste peuvent-elle la compléter. Une ampoule de 15 à 25 watts doit être placée à une distance de 30 à 40 cm de la plante. Une ampoule de 100 watts, à 60 cm et une ampoule de 150 watts, à une distance de 75 à 90 cm. Un projecteur de 75 watts sera placé à 45 cm de la plante et un plus puissant, à 90 cm.
Les lampes à incandescence dépensent au moins 70 % de leur énergie à produire de la chaleur. Placées trop près des plantes, elles risquent d'en brûler le feuillage. Trop loin, elles n'ont aucune utilité pour compenser le manque de lumière.
Il existe des lampes à incandescence conçues spécialement pour la culture des plantes. Elles ont un spectre de lumière proche de la courbe de photosynthèse des végétaux. Ces ampoules sont chères à l'achat et n'ont pas l'efficacité des tubes fluorescents.

- Les lampes à vapeur de mercure sont plus fortes que les lampes à incandescence et dégagent moins de chaleur. Elles ont toutefois une puissance d'au moins 250 watts et consomment énormément. Ces lampes doivent être placées à une distance d'au moins 1,20 à 1,50 m des plantes. Cette formule peut être intéressante si vous avez beaucoup de plantes, un manque de lumière chronique dans votre appartement, la main verte et qu'un budget plantes important ne vous fait pas peur.

- Les tubes fluorescents représentent le meilleur type d'éclairage artificiel pour les plantes. Ils donnent le maximum de lumière par watt et la perte d'énergie en production de chaleur est moindre. Les risques de brûlure du feuillage est quasiment nul. On conseille de placer un tube à une distance de 30 à 60 cm d'une plante à feuillage et à 15 à 30 cm d'une plante à fleurs.
Les saintpaulias sont l'exemple type de l'intérêt que peut apporter l'apport de lumière artificielle. Ils peuvent avoir une floraison interrompue durant toute l'année.
Plus les plantes sont larges plus il faudra de tubes pour obtenir un éclairage uniforme. Pour de grosses plantes, il faudra au moins 2 tubes espacés de 15 cm.

Le bleu et le rouge sont indispensables à la croissance des plantes. La lumière doit dont émettre ces couleurs en quantité adéquate dans son spectre. Les tubes "lumière du jour" diffusent trop de bleu mais pas assez de rouge. Les tubes "rendu chaud", "blanc soleil", "blanc naturel" etc... donnent beaucoup de rouge mais peu de bleu Il est préférable de choisir des tubes qui mentionnent expressément convenir à la culture des plantes. Il existe également des tubes à large spectre. Ces tubes peuvent convenir aux plantes demandant beaucoup de soleil. Pour certaines plantes, il peut être intéressant de combiner les deux types de tubes.

Une période test pourra s'avérer utile. Si vous voyez que vos plantes brûlent, s'affadissent ou poussent trop en hauteur c'est que la lumière est trop forte. Si les plantes produisent des feuilles trop petites, de longues tiges, qu'elles fleurissent mal ou pas du tout, elles manquent de lumière.
On rapproche ou on éloigne selon le cas la source de lumière de 8 cm à la fois par semaine jusqu'à disparition des symptômes.
L'intensité lumineuse augmente ou diminue très rapidement selon la distance. Par exemple si la distance entre la plante et la source lumineuse est doublée, l'intensité de la lumière elle, sera quatre fois moindre. Si elle est triplée, elle sera neuf fois moindre. Une plante sera donc quatre fois moins éclairée à 2 m qu'à 1 m et neuf fois moins à 3 m et inversement.
Il faut prévoir de nettoyer les tubes une fois par mois. L'intensité lumineuse diminue avec le temps et il faut les remplacer tous les ans.

Durée de l'éclairage

La plupart des plantes à feuillage requièrent de 12 à 14 heures de lumière par jour. Les plantes à fleurs peuvent en demander de 16 à 18. L'utilisation d'une minuterie automatique permet de régler avec précision la durée de l'éclairement.

Soins spécifiques et adaptation des plantes

Les plantes placées sous un éclairage artificiel alors qu'elle poussaient sous la lumière naturelle mettront quelques semaines voire quelques mois pour s'adapter totalement à leurs nouvelles conditions. Par la suite, la lumière artificielle leur sera aussi bénéfique que la lumière solaire en particulier en hiver et pendant la période de floraison.
Les plantes soumises à la même durée d'éclairement hiver comme été ne prennent pas de période de repos. Les plantes tropicales sont évidemment les premières concernées et s'en porteront bien. Mais d'autres espèces ont impérativement besoin d'une période de repos. Ce point est spécifié dans les fiches de cultures des plantes vertes et fleuries.
Mais je préfère mettre un bémol. Même les plantes tropicales sont soumises à des aléas climatiques et n'ont jamais un habitat naturel dont les conditions sont d'une constance absolue.
Une période de repos forcé les renforcent et leur fait du bien. Je préconise, même pour les plantes tropicales, de les mettre au repos pendant 8 semaines. Pour cela, il suffit de réduire le temps d'éclairement de 3 ou 4 heures par jour. Arrosez moins, interrompez tout apport d'engrais et baissez la température de quelques degrés.

Mentions légales